Actualité du diamant – Mars 2017

L’actualité du diamant a été marquée par la découverte de diamants d’exception, de la reprise du marché du diamant avec la bonne santé du 1er producteur de diamant Alrosa et de pyramide de Ponzi dans le milieu du diamant à Lyon.

Découvertes et trouvailles d’exception

La découverte de diamants n’est pas réservée aux grandes exploitations minières Alrosa, De Beers ou Rio Tinto. Dans l’Arkansas, un adolescent de 14 ans, chercheur de diamants en herbe, a trouvé par hasard un énorme diamant de 7,44 carats dans le Crater of Diamonds State Park, indique le Daily Mail. Une pierre brute de couleur brune, dont la direction du parc (dédié à la recherche de diamants) n’a pas voulu révéler la valeur. Un diamant 8,52 carats estimé à 1 million $ avait déjà été trouvé dans le parc en 2015… Il y a des passe-temps aussi passionnants et plus lucratifs que Pokemon Go !

En Sierra Léone, c’est un pasteur qui a fait la découverte extraordinaire d’un diamant de 706 carats dans la province de Kono. La pierre serait l’une des plus importantes jamais découvertes au monde. Le président Ernest Bai Koroma a remercié Emmanuel Momoh, le découvreur, de lui avoir remis, de ne pas l’avoir vendu en contrebande hors du pays

La Sierra Léone, dont le trafic de diamant a longtemps alimenté la guerre civile, milite pour un « processus de commercialisation transparent ».

Alrosa quadruple ses bénéfices

Avec un bénéfice net de 2,1 milliards d’euros (133,5 milliards de roubles), le premier producteur mondial russe “a annoncé avoir quadruplé ses bénéfices nets en 2016 sur fond de reprise mondiale du marché” (source Le Figaro). Un signe de bonne santé pour le diamant brut et pour le marché du diamant en général, après une baisse d’activité en 2015.
Avec cette pierre de 181,68 carats (la plus grosse jamais découverte en Europe) trouvée dans la mine Vladimir Grib, la Russie peut se targuer d’être l’un des plus grands producteurs mondiaux de diamants.

Des diamants cachés dans des… chewing gums !

Les trafiquants de diamants sont pleins de ressources. A Maurice, où atterrissent des pierres brutes non déclarées du monde entier, la dernière ruse des contrebandiers consiste à les dissimuler dans du… chewing-gum mâché ! Un défi pour les douanes locales qui se plaignent du manque de scanners spécialisés. Les diamants, transparents et constitués de carbone, passent à travers les filets des scanners classiques qui détectent les métaux comme l’or. “Sans aucun certificat de Kimberley, attestant le lieu d’origine de la pierre, entre autres. Une fois à Maurice, les diamants bruts sont expertisés, puis raffinés au noir”, relate l’article de Defimedia.info. L’extrême traçabilité des diamants est donc primordiale pour mettre fin au trafic issus du sang.

provenance diamants contrebande

Infographie “D’où vient le diamant” (c) Defimedia

Arnaque à la pyramide de Ponzi

Dans cet article, nous vous recommandions de bien choisir votre plateforme si vous souhaitiez acheter du diamant d’investissement en toute sécurité. Nous rappelons qu’il faut se méfier des sociétés dont le réseau est opaque et tentaculaire et qui promettent des bénéfices miraculeux, de l’ordre de 8% par exemple… Le Républicain Lorrain annonce qu’une enquête a été ouverte à Lyon, après que plusieurs épargnants, à qui l’on avait fait miroiter 8% de rendement, se font tout simplement retrouvés sans rien à la fin… Une arnaque similaire à celle des manuscrits anciens (et fantômes). L’existence réelle des stocks et leur localisation, des produits certifiés par les plus grands laboratoires de renom comme l’IGI sont d’autres critères de fiabilité à prendre en compte.

 

Comments are closed.