La production de diamants en baisse

De Beers, l’un des acteurs majeurs du marché du diamant, vient de publier un premier rapport annuel, dans un souci de transparence, « The Diamond Insight Report » . Ce rapport souligne la nécessité d’investir dans l’industrie du diamant pour assurer sa pérennité. Faute de nouveaux gisements, le clivage entre l’offre et la demande va encore se creuser au cours des prochaines années, ce qui va faire grimper les prix du diamant.

Nous mettions justement l’accent sur ce déséquilibre structurel dans notre précédente note « La demande en diamants supérieure à l’offre » . Le rapport de la De Beers vient étayer cette tendance avec de nouveaux chiffres.

Selon le rapport, « La demande mondiale pour les bijoux en diamants a atteint un niveau record de 79 milliards de dollars en 2013 ». Et celle-ci devrait continuer à croître sur le long terme, grâce à la reprise économique en cours aux États-Unis (le plus important marché de bijoux en diamants mondial) et la croissance des classes moyennes en Chine et en Inde.

La production de diamants bruts mondiale en 2013 a quant à elle augmenté de 7% en carats par rapport à 2012 (pour un total d’environ 145 millions de carats). Cependant, cela reste bien inférieur au pic atteint en 2005 avec 175 millions de carats produits. Le rapport souligne en outre que l’approvisionnement prévu à partir des gisements existants ne sera probablement pas égalé par la nouvelle production à venir dans les années à venir. Aussi, l’offre en diamants devrait stagner dans la seconde moitié de la décennie, avant de diminuer à partir de 2020.

Enfin, le rapport revient sur les conditions d’extraction du diamant, de plus en plus complexes et onéreuses, les trois principaux coûts de production – travail, électricité et diesel – ayant toutes augmenté au-dessus des niveaux d’inflation dans les principaux pays producteurs de diamants au cours de la dernière décennie et cette tendance devrait se poursuivre. Les prix du diamant vont donc logiquement continuer d’augmenter dans les années à venir.

Preuve que le diamant est un bon investissement, une gérante aurifère (le fonds flexible Orion Or et Métaux Précieux géré par la société George V AM) vient d’investir dans le diamant pour diversifier ses revenus. Un investissement fructueux qui peut amortir les baisses enregistrées par l’or depuis 2013.

Comments are closed.