La place d’Anvers dans le monde du diamant depuis la crise de 2008

En ce 21ème siècle, Anvers ne peut plus clâmer être la capitale mondiale du diamant taillé. La main d’oeuvre moins chère en Inde et autres parties d’Asie a fait que l’industrie a progressivement migré vers l’Est. Anvers demeure cependant le centre mondial du commerce du diamant brut.  85% des pierres brutes de la planète sont négociées dans cette ville, encore aujourd’hui.

 

Au cours de ces dernières années, l’industrie du diamant s’est ouverte au monde entier. Du fait que les ateliers de taille ont migré en Inde, beaucoup de diamantaires Indiens viennent maintenant à Anvers pour acheter des diamants bruts et vendre leurs pierres polies. Le commerce des diamants à Anvers ayant longtemps été dominé par les Juifs Hassidiques, la mondialisation du marché du diamant fait qu’il y autant de chance de trouver un restaurant du style Bollywood dans le quartier des diamantaires qu’un casher.

 

Beaucoup de personnes prétendent que cette mondialisation a exposé le commerce du diamant aux fraudes au vu du nombre de négociants et de compagnies qui essaient de fuire les frais de douane et les taxes en tout genre. En 2007 et 2008, la police a commencé à

sévir contre la fraude fiscale, faisant des descentes chez beaucoup de diamantaires en ville. Les nouvelles au sujet de ces descentes se sont répandues dans le monde entier, levant l’inquiétude chez les investisseurs quant à savoir si la ville était un endroit sûr où négocier des diamants. La réputation d’Anvers était enjeu même si les contrevenants du système fiscal n’étaient qu’une minorité parmi les diamantaires en ville. L’ingérence constante par les autorités fiscales et judiciaires ont fait que beaucoup de diamantaires ont quitté la ville pour des endroits nettement plus propices et tolérants vis-à-vis du commerce du diamant.

 

Certains, dont le vice-premier ministre belge et ministre des affaires étrangères, Didier Reynders, croient que l’industrie a besoin d’adopter de nouvelles règles fiscales afin de pouvoir faire face à la concurrence au niveau international. Une “taxe sur le carat du diamant’ vient d’être proposée afin d’imposer les diamants, sur la base du poids plutôt que sur la valeur. Les partisans de ce système fiscal déclarent que cela rendrait Anvers plus compétitif face aux autres centres diamantaires tels que Dubai ou Bombay.

 

Par rapport à l’année 2007, les exportations de diamants brut en provenance des Emirats Arabes Unis ont augmenté de 17% en 2011. Au cours de cette même période, les exportations ont bondi de 21% en Inde alors que les exportations d’Anvers chutaient de 25%. La ville belge, cependant, demeure le leader avec 107.1 millions de carats exportés en 2011 comparé aux 47.2 millions des Emirats Arabes Unis et aux 37.1 millions de l’Inde, selon les informations du Kimberly Process. La ville cherche à défendre sa position en développant une marque “Les diamants d’Anvers”. Pour l’instant, Anvers abrite les ateliers des plus grands mineurs dont De Beers, Alrosa, Rios Tinto Group et BHP Billiton. Il faudrait fort probablement beaucoup de temps aux autres centres diamantaires pour se doter d’une telle infrastructure.

 

Pendant ce temps, des changements de stratégie s’opérant chez les plus grands producteurs de diamants pourraient avoir un impact sévère sur la ville. De Beers a récemment délocalisé ses ateliers de triage et de commerce de pierres brutes de Londres au Botswana dans le cadre des efforts du pays visant à construire son propre centre de commerce. Ce sont plutôt de mauvaises nouvelles pour Anvers puisque la ville n’aura plus l’avantage d’être liée à Londres. Les sightholders (détenteurs de vues) qui avaient l’habitude de faire 200 miles soit environ 322 kms de Anvers vers Londres devront parcourir quelques 5000 miles soit 8047 kms pour atteindre le Botswana. Le départ au Botswana fait partie d’un plan sur 10 ans. Pour le moment, très peu de pierres brutes sont négociées là-bas.

 

Il reste à voir si Anvers considèrera ces changements comme des opportunités ou des menaces.

Comments are closed.