Actualité du diamant – Avril 2018

On en parlait le mois dernier : le diamant se forme à des centaines de kilomètres sous terre. Mais pas uniquement sous la surface de notre terre, et c’est bien ce que semblent démontrer les découvertes de scientifiques. Riche de par sa nature même, le diamant est aussi une preuve… de l’existence de planètes disparues !

Dans une météorite, les diamants d’une planète disparue

« Les diamants d’une planète disparue retrouvés dans une météorite », titre Ouest-France dans un article du 18 avril. En 2008, des diamants avaient été retrouvés dans les fragments d’un astéroïde désintégré au-dessus du Soudan. Dix ans après, les chercheurs européens qui se sont penchés sur la composition de ces fragments ont révélé que des diamants constituaient « une preuve convaincante » d’une « planète disparue ». « Ils ont conclu que ces pierres précieuses devaient s’être formées à des pressions élevées (supérieures à 20 Gigapascals) nécessitant que la protoplanète ait eu une taille allant de celle de Mars à celle de Mercure », détaille le site d’actualités.

La découverte renforce la théorie selon laquelle les planètes de notre système solaire « se sont formées à partir des restes de dizaines de grandes protoplanètes, ajoutent les chercheurs. » Ces diamants tombés du ciel restent en tout cas très rares : ces types de roches, à la teneur élevée en carbone (graphite ou diamant) représentent moins de 1% des objets célestes qui se retrouvent sur terre.

Le diamant, éternel mais aussi… plus flexible ?

Selon la revue professionnelle Science, une équipe de chercheurs s’est penchée sur une propriété inattendue de certains diamants : la flexibilité. L’expérimentation menée par une équipe internationale a démontré que si le diamant était particulièrement résistant, il pouvait aussi montrer une certaine souplesse dans certaines conditions. Mais attention, pas n’importe quels diamants : il s’agit en fait de très fins cristaux en forme d’aiguille, encore plus fins qu’un cheveu. Ces nouvelles propriétés, démontrées notamment par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), pourraient ouvrir la porte à de nouvelles utilisations du diamant dans des domaines de pointe.

Un diamant de 472 carats découvert au Botswana

L’exploitation minière de Karowe, au Botswana, a annoncé sa troisième plus belle découverte. Lucara Diamond a récupéré un diamant brun pâle de qualité « gemme » pesant 472 carats.

Diamant Karowe Diamond Mine - source Lucara Diamond Corp

En 2015, la compagnie avait mis au jour ses deux plus beaux diamants : le Lesedi La Rona, une pierre de 1109 carats, et The Constellation, une pièce de 812 carats. The Constellation avait atteint un prix de vente record de 63 millions de dollars. « Même s’il était plus petit que le Lesedi, The Constellation a atteint un prix de vente plus important en raison de qualité supérieure », rappelle Bloomberg.com dans un article du 12 avril.

Les diamants brun pâle comme cette plus récente découverte ont généralement une valeur un peu moindre, selon l’article de Bloomberg. Les diamants blancs sont les plus recherchés par les investisseurs.

Comment tailler un diamant ?

« Travailler une pierre de 404 carats est un exercice délicat et à haut risque », d’après un article posté sur Capital.fr. Etape par étape, le site d’actualités détaille les techniques de taille utilisées pour créer des pièces. Mais attention, on est loin de la K Cut, la plus optimale pour un diamant d’investissement !

Comments are closed.