Comment Anvers est devenue la capitale du diamant

Dés la fin du 15ème siècle, la ville d’Anvers repris de Bruges le secteur de l’industrie de taille du diamant. Anvers disposait de nouvelles facilités commerciales et de communications, faisant de la ville un endroit idéal pour le commerce du diamant. En 1498, le voyage de Vasco de Gama allant de Lisbonne aux Indes allait ouvrir une toute nouvelle route commerçante reliant Lisbonne et Anvers, rendant l’itinéraire Venise-Bruges obsolète.

 

A mi XVIème siècle, au temps où Anvers était un grand centre européen, 40% du commerce mondial transitait par cette ville! Vers la fin de la deuxième moitié du siècle,  Anvers allait lutter pour préserver sa place dans le monde du diamant contre Amsterdam au moment où la partie nord de la Hollande essayait de gagner son indépendance. Néanmoins, le Diamonds Cutters Guild s’établit à Anvers en Octobre 1582, préservant intact le prestige de la ville. Cependant, parmi les guerres de religions, Charles Quint allait s’emparer des Flandres.

 

En 1585, le Duc de Farnèse attaqua Anvers, pillant la ville sous les ordres de Philippe II. Cela marqua le déclin d’Anvers et la mainmise de l’inquisition espagnole créa une ère d’intolérance religieuse. Anvers tomba et les marchands juifs et protestants de la ville fuirent vers Amsterdam et Francfort. Cependant, Anvers ne perdit pas de son importance dans le commerce du diamant et continua de recevoir des diamants en provenance de Lisbonne. En 1631, il ne restait que 51 tailleurs de diamants à Francfort alors qu’il y en avait 164 à Anvers.

 

Francfort allait s’effacer du panorama et Amsterdam allait devenir une importante ville pour le commerce du diamant puisqu’il était permis de jouir de libertés civiles et religieuses. Le commerce allait être monopolisé ainsi jusqu’au 18ème siècle, contraignant les tailleurs de diamant à Anvers à accepter des pierres de moindre qualité. La Paix de Munster entre les Pays-Bas et l’Espagne allait privé Anvers essentiellement de l’approvisionnement de diamants en fermant la rivière Escaut à toute navigation.

 

La levée de cette restriction en 1863 et la découverte de diamants en Afrique du Sud en 1866 menèrent au retour de la ville d’Anvers comme centre diamantaire. Dés que les diamants furent découverts en Afrique du Sud, un flux entrant de pierres brutes arriva en Europe. Les professionnels du diamant d’Anvers retournèrent au travail. La Révolution Industrielle apporta des moteurs électriques utilisés pour travailler les pierres et le flux entrant de pierres brutes fit que les diamants étaient devenus accessibles économiquement, augmentant la demande de la classe moyenne. Logiquement, la demande de tailleurs de diamants augmenta en conséquence. La première bourse d’Anvers, le Diamantclub van Antwerpen, fut établi le 8 octobre 1893, et, juste après, fit l’achat d’un bâtiment qui fit office de hall aux négociations ainsi que de bureaux au coeur de ce qui alla devenir le quartier diamantaire d’Anvers. D’autres échanges de diamants virent le jour au début des années 1900.

 

Alors que l’industrie du diamant était dominée par la population juive d’Anvers, la seconde guerre mondiale s’annonçait dévastatrice pour l’industrie. Beaucoup de diamantaires juifs fuirent aux Etats-Unis et en Angleterre pendant que ceux qui ne pouvaient pas s’échapper furent tués par les Nazis. Les quelques 500 tailleurs de diamants de nationalité juive qui parvinrent à Londres réussirent à ramener de grandes quantités de diamants et le gouvernement Britannique procura l’enregistrement et la sauvegarde des gemmes. Après la guerre, les pierres furent rendues à Anvers mais des quelques 27.000 professionnels du diamant d’avant-guerre, seuls demeuraient 3.500 d’entre eux après l’occupation. Heureusement, l’industrie récupéra rapidement 11.000 professionnels du secteur d’ici la fin de 1945.

 

En 1947, la Fédération Mondiale des Bourses Diamantaires fut créée et basée à Anvers afin de protéger les intérêts du commerce international puisque le marché du diamant, particulièrement aux Etats-Unis grâce à la campagne de De Beers ‘Un diamant est éternel’, connaissait une croissance importante. Dans les années 1960 et 1970, l’Inde devint un centre de taille de diamants et beaucoup de diamantaires indiens commencèrent à acheter des pierres brutes à Anvers. Il reste 1200 tailleurs de diamants à ce jour dans la ville, mais Anvers est essentiellement un centre d’affaire doté d’une infrastructure financière et commerciale des plus avancées au monde.

Comments are closed.