diamant synthèse versus diamant naturel

Actualité du diamant – juille...

L’actualité du marché du diamant en juillet tourne autour de la production, concentrée en Afrique du Sud, dont les sols regorgent de gemmes. Pour auta...

Diamonds seduce millenials

Actualité du diamant en juin

Au coeur de l’actualité du diamant au mois de juin : l’importance des diamants certifiés pour éviter de cautionner le trafic de diamants du sang, le d...

Actualité du diamant – mai 20...

La production de diamants brut bat actuellement son plein pour atteindre un pic et décroître jusqu’en 2030. Perspective de hausse de prix du diamant e...

Actualité du diamant – avril ...

Dans l’actualité du diamant ce mois-ci, il a été question de découvertes fabuleuses, de pierres d’exception avec la vente aux enchères du Pink Star et...

Actualité du diamant – juillet 2017

L’actualité du marché du diamant en juillet tourne autour de la production, concentrée en Afrique du Sud, dont les sols regorgent de gemmes. Pour autant, l’offre ne devrait cesser de tarir jusqu’en 2030. Si le diamant de synthèse représente une alternative pour les joailliers, rien ne remplacera la rareté d’un diamant naturel, qui vit le jour il y a des milliards d’années dans les entrailles de la Terre.

Production en Afrique du Sud

Une nouvelle pipe de kimberlite d’une superficie de 1,5 et 2,5 hectares de “Groupe II” a été découverte dans le Nord-Ouest de l’Afrique du Sud, à proximité d’une mine dont la teneur en diamants est de 85 carats par 100 tonnes, précise l’Agence Ecofin.

Toujours selon la même source, le sous-sol angolais héberge plus d’un milliard de carats de diamants ! “Selon les résultats d’une étude réalisée par le russe Alrosa et la compagnie de diamants angolaise Endiama, le pays dispose d’une ressource totale de plus d’1 milliard de carats de diamants”. Sur ce milliard de carats, “950 millions seraient contenus dans des kimberlites (la plupart localisées dans le Nord-Est) et au moins 50 millions dans des alluvions”.

Pas étonnant que le diamant soit le nerf de la guerre centrafricaine… Cette vidéo en streaming résume les enjeux que représente la pierre dans un pays en pleine déstabilisation politique. Après le renversement du président Bozizé en 2013, la Centrafrique a été suspendue du Processus de Kimberley, interdisant l’exportation de diamants pour éviter que les groupes armés se financent avec. Les pierres ont pourtant continué de circuler via un marché noir solidement organisé via les réseaux sociaux.

Vers une pénurie malgré tout

Reste la question de l’extraction qui coûte de plus en plus cher… C’est le paradoxe de la production de diamants. En dépit des richesses dont regorgent les sous-sols africains, on se dirige vers une pénurie mondiale de diamants, dont le pic semble déjà avoir été atteint.

Pour maintenir une production élevée et des prix stables, les géants de l’industrie n’hésitent pas à explorer le fond des océans. La De Beers a conçu le SS Nujoma. Ce navire d’exploration du diamant de 113 mètres de long dispose des dernières technologies en matière d’exploration minière marine. Son objectif est d’assurer un niveau de production aussi élevé qu’en 2016 et ce jusqu’en 2035. Coût du vaisseau : 157 millions de dollars.

Selon Bain & Company qui publie régulièrement des rapports sur l’industrie du diamant, l’offre de nouveaux diamants devrait commencer à baisser de 1 à 2% par an, jusqu’en 2030. Le pic de production dans lequel se situe l’industrie du diamant va bien sûr influer sur les prix à la hausse, ce qui fera de la pierre un investissement encore plus prestigieux à long terme, à condition qu’il s’agisse de diamant naturel.

Le diamant de synthèse peut-il se substituer au diamant naturel ?

Avec un retour à la mode de la bague de fiançailles, le diamant synthétique, qui présente les mêmes caractéristiques physiques et chimiques que le diamant naturel, semble séduire la jeune génération américaine.

Le diamant fabriqué en laboratoire représente une alternative éthique aux diamants traditionnels et coûtent 20% moins cher.

Endettés par des emprunts étudiants, sentimentalement et professionnellement moins stables, les “millenials”, ces jeunes nés dans les années 90, ont d’autres priorités et d’autres dépenses en tête… Depuis le fameux slogan “les diamants sont éternels”, le discours a changé. Aux bijoutiers de s’adapter à ce nouveau marché. Pas évident pour un marché aussi immuable et traditionnel…

Mais si les jeunes américains trouvent leur compte dans les “éco diamants” de synthèse à bas prix, ces pierres ne sont pas aussi précieuses que celles qui sont extraites du sol.

La valeur d’un diamant naturel est comme lui, éternelle. Alors que celle d’un diamant de synthèse pourrait nettement baisser quand la technologie de production coûtera moins cher.

C’est pour cette raison que le diamant issu des mines est un bon diamant d’investissement. Fluorescence, inclusions, tâches… Toutes les informations sur des caractéristiques propres au diamant que l’on trouve en commentaires des certificats font la richesse et la valeur d’un vrai diamant.

L’introduction des diamants synthétiques dans le marché de masse pourrait avoir des implications radicales pour l’industrie de l’ordre de 80 milliards de dollars. Depuis des décennies, le marché du diamant s’est appuyé sur la rareté de la pierre pour générer de la valeur. C’est pourquoi un diamant qui a vu le jour il y a des milliards d’années dans les entrailles de la terre aura toujours de la valeur, et beaucoup plus, qu’une pierre de carbone pur créée en quelques heures dans un laboratoire.

Source : The Washington Post